Les rôles du bocage

composition la manche et différents paysages bocagers

La Manche est le premier département bocager de France avec un patrimoine très riche. Ce paysage particulier représente l'un de ses principaux atouts, tant pour le développement du tourisme que pour l'accompagnement des productions agricoles.


Au sommaire : 

 - Histoire des haies dans la Manche
 - La haie : un rôle protecteur
 - La valorisation du bois

Histoire des haies dans la Manche


Les premières limites parcellaires apparaissent sur l'île de Tatihou au début du deuxième millénaire avant JC. Il est probable que les premiers enclos trouvent leur origine à cette époque. Le peuplement du bocage normand des XIème et XIIIème siècles, s'effectue en hameaux familiaux. Des haies sont installées le long des chemins pour éviter la divagation des bêtes. Elles entourent les cultures céréalières.
Un bocage partiel apparaît.
Le bois est aussi utilisé comme combustible. A partir du XVIème siècle, les parcelles cultivées en céréales se convertissent en prairies permanentes. Cette transformation en herbages s'accompagne encore d'un embocagement.
Au XVIIIème siècle, le passage de la famille patriarcale aux familles conjugales entraîne la délimitation de nouvelles parcelles. Les haies se multiplient. 
La tendance s'inverse seulement à partir des années 1950. Les remembrements détruisent le bocage des communes pionnières.
Puis, dans les années 1970, les premières replantations de brise-vent modernes sont réalisées. Personne ne peut dire ce que le paysage sera demain. Tout comme on a observé des haies disparaître et se dégrader, on distingue aujourd'hui des comportements plus sélectifs avec des replantations.


La haie : un rôle protecteur


La haie protège des événements climatique, les animaux, les bâtiments, les cultures et contribue également à lutter contre l'érosion des sols, à réguler le régime des eaux et le climat.

champ avec haies
  • Eté comme hiver, la haie favorise le bien-être animal.

  • Le maillage bocager réduit les écarts de température et limite les risques de contamination d'un herbage à l'autre.

  • Les rendements en lait d'animaux pâturant sans la protection de haies peuvent chuter de 20 à 50 % par rapport aux animaux en situation protégée.

  • Plantées de façon continue, les haies avec les boisements existants forment des corridors, favorisent la richesse biologique et la régulation naturelle des espèces.

Le brise-vent protège sur une distance variant de 15 à 20 fois sa hauteur



demonstration haie brise vent

En bordure du champ, il y a une concurrence entre la haie et la culture. Dans la zone protégée du vent, on constate une augmentation du rendement. Dans le cas du maïs, des augmentations de 10 à 15 % en moyenne sur 5 ans sont mesurées.

Même dépourvue de feuilles pendant la période hivernale, la haie bocagère continue de réduire d'environ 40 % la force du vent.

>> Consultez notre fiche sur la haie brise-vent

Le talus


Depuis quelques années, de nombreuses sont les nouvelles haies plantées à plat. Pourtant le talus possède de multiples intérêts :

  • Il régule le régime des eaux.

  • Il limite le passage dans les nappes phréatiques des principaux polluants tels que les résidus d'engrais, pesticides.

  • Il lutte contre l'érosion des sols.

  • Il favorise la diversité floristique.

  • Il protège et abrite la faune.

Pour toutes ces raisons, la rénovation ou la plantation de haies sur talus est encouragée.
>> Consultez notre fiche sur la création d'un talus à planter

>> Des aides financières existent.


La valorisation du bois


Premier département bocager de France, la Manche possède de ce fait une ressource en bois qui doit être valorisée.
Bien que notre bocage possède de nombreuses essences nobles, le bois d'œuvre reste sous-valorisé.
Le bois de chauffage représente, par la quantité et par le chiffre d'affaires, la première production de la haie manchoise.

La transformation du petit bois en copeaux permet de développer différents débouchés :

  • L'alimentation des chaudières bois,
  • Le paillage pour les jeunes plantations.

La filière bois énergie


stockage de copeaux de bois
Opération de déchiquetage pour transformer le bois en plaquettes.

Les plaquettes pour alimenter les chaudières permettent de valoriser le petit bois issu de l'entretien des haies.

35 à 40 m3 par an de plaquettes suffisent pour produire le chauffage et l'eau chaude d'une maison d'habitation.

Pour être utilisées comme combustible, les plaquettes doivent être séchées au minimum de 4 à 6 mois. 

A retenir

  • 250 à 300 m de haies récoltées assurent cette production annuelle.

  • Des réseaux secondaires permettent de chauffer des bâtiments voisins (salle de traite, poulailler, porcherie...).

  • 1 m3 apparent sec équivaut à 85 litres de fuel soit 850 KWH.

  • 1 m3 de plaquette se vend de 20 à 30 € par m3 (soit une équivalence pour le fuel de 170 € et de 100 € pour l'électricité).

  • Des aides à l'investissement de l'ADEME et du Conseil Régional existent.

Les partenaires


Ont participé à l'élaboration de cette présentation :

Le service environnement du Conseil Général
Le service boisement de la Chambre Départementale d'Agriculture
Le service forestier de la DDTM

logos ddaf, chambre d'agriculture de la Manche et conseil général



Recherchez



 

Plan de gestion de haies

Gestion durable et valorisation du bois

 

POUR EN SAVOIR +

Stéphane Pestel
Eddy Cléran
02 33 06 49 91

Replanter des haies dans la Manche, témoignages de différents acteurs du boisement dans le département.

Solutions

Créer ou rénover des haies bocagères

Consultez les aides pour planter une haie bocagère ou champêtre dans le cadre des subventions du Conseil Général. Les travaux devront être réalisés par une entreprise agréée dans le cadre de la charte qualité des travaux et avec l’aide technique de la Chambre d’agriculture.

suite

Dia'Terre : un nouvel outil de diagnostic énergétique des exploitations agricoles

Logiciel de calcul pour le diagnostic énergie-gaz à effet de serre des exploitations agricoles, l’outil Dia’terre a été élaboré par une quinzaine d’organisations du secteur agricole partenaires de l’ADEME, parmi lesquelles nous trouvons l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture, SOLAGRO (concepteur de PLANETE) et l’Institut de l’élevage (utilisateur de DIAPASON).

suite

Le Plan de Gestion des Haies

Avec le développement de la filière bois énergie et l’installation de chaufferies bois sur le département, réaliser un Plan de Gestion des Haies sur son exploitation permet de connaître sa production de bois et d'en assurer sa pérennité.

suite

Recyclage des boues

La Chambre d'agriculture de la Manche propose aux collectivités une étude préalable et un suivi agronomique des épandages afin d'optimiser la gestion des boues.

suite

B-GNR : Le bilan carburant de l’exploitation

Testez dès maintenant B-GNR et repérez les pistes prioritaires pour économiser du carburant sur votre exploitation agricole.

suite

Entreprises agricoles

Comment gérer vos déchets ?

suite

RENDEZ-vous

03/12/2014
Ecophyto : manifestations du groupe "Bonnes pratiques agricoles" 22/01/2015 : Colloque désherbage "Combiner tous les leviers pour maitriser les adventices en grandes cultures à VILLERS SUR MER (14).

suite

19/01/2015
Collecte des bâches plastiques et ficelles Agriculteurs, rapportez vos déchets à votre distributeur du 19 au 23 janvier 2015.

suite

Repères

Des haies favorables pour la faune sauvage

24/09/2012
Consultez le nouveau document d'AGRI FAUNE. Il fait le point sur la haie pour concilier agronomie, bois et faune sauvage.
Eddy Cléran - Chambre d'agriculture de la Manche

suite

Cours d’eau : un pouvoir de police du maire très encadré !

19/11/2012
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, et sauf exception, le maire n’a pas de pouvoir de police des cours d’eau.
Jean-Philippe SIMONET - Chambres d'agriculture de Normandie

suite