Sensibilité des vaches aux courants électriques


Des études ont évalué la résistance moyenne d'une vache au passage du courant à environ 500 ohms contre plus de 1000 ohms pour les humains. Les troubles observés sur les animaux sont directement dépendants de l'intensité du courant qui les traverse.
A partir du seuil de 1 milliampère (0,5 Volt de tension seuil), il y a perception avec, éventuellement, un stress sans pour autant qu'il y ait de baisse de production.

Des vaches laitières ont été soumises à différentes valeurs d'intensité de courant. Leurs réactions on été étudiées. L'influence des intensités sur la production de lait a été analysée. Comme le montre le tableau, aucune baisse de production n'a été observée jusqu'à 6 milliampères.
Intensité exprimée en milliampèresCe que l'animal ressentRépercussion sur la production
de 0 à 1Pas de perceptionPas de baisse de la production
de 1 à 4Perception
de 4 à 6 sensation de nervosité modéréePossible baisse de la production
au-delà de 6sensation sévère susceptible de provoquer un changement physiologique


Les symptômes de stress observables chez la vache


Signes avant-coureurs
  • Nervosité
  • Hésitation, refus d’entrer en salle de traite ou fuite en sortie.
  • Période de traite allongée

Signes externes : Mammites cliniques.

Conséquences
  • Nombre de cellules somatiques élevé dans le lait
  • Mammites chroniques


Présence de courants parasites dans l’exploitation



Appareil de mesure des courants parasites

Les phénomènes électriques et magnétiques sont des composants indissociables du milieu dans lequel nous vivons.
Certains sont naturels tels les courants telluriques circulant dans le sol, le champ magnétique terrestre, le champ électrique atmosphérique avec sa manifestation la plus spectaculaire pendant les orages : la foudre.
 
D'autres ont pour origine la domestication et l'utilisation de l'électricité, notamment en élevage.
Dans les élevages laitiers, le bloc traite comporte des locaux où de nombreux équipements électriques, électroniques et informatiques coexistent (machine à traire, tank à lait, …).
De plus, les clôtures électriques, le réseau de distribution électrique, les relais de radio télécommunications sont autant de systèmes qui induisent des signaux avec plus ou moins d'énergie.


Origines des courants parasites




      Le couplage capacitif

les champs électriques sont susceptibles de créer des tensions parasites dans les structures métalliques non mises à la terre, par exemple un abreuvoir isolé du sol sous une ligne électrique à haute tension.

      L'induction magnétique

les champs magnétiques, notamment ceux créés par les lignes électriques, génèrent des courants électriques dans toute structure métallique proche formant une boucle fermée. Si l'animal assure la fermeture de la boucle, il est traversé par le courant.

      Le couplage par rayonnement

les champs électromagnétiques à hautes fréquences provenant par exemple des infrastructures de télécommunications peuvent induire des courants ou des tensions parasites capables de perturber les appareils électroniques.

      Le couplage électrochimique

une circulation de courant continu peut se produire entre deux pièces métalliques (poteaux….) en contact avec un milieu humide riche en ions (apportés par les engrais, le lisier…..) se comportant comme l'électrolyte d'une batterie.

      Les décharges électrostatiques

il s'agit de l'évacuation instantanée (effet "châtaigne") vers la terre d'une charge d'électricité accumulée sur des matériaux isolants soumis à des frottements.

      Les courants de fuite

les installations ou appareils électriques mal isolés (machine à traire, clôtures électriques…..) peuvent créer des courants vagabonds dans le sol ou les structures conductrices.


Les points clés de l’installation électrique d’une exploitation laitière


      La réglementation

La norme NFC 15-100 régit l'ensemble des recommandations concernant les installations électriques depuis la conception jusqu'à l'installation et la maintenance. De plus, le décret du 14/11/1988 du Code du Travail s'applique en présence de salariés ou de stagiaires ou encore dans le cas d'une Installation Classée pour la Protection de l'Environnement (ICPE) soumise à autorisation (à partir de 100 vaches laitières).

      La distribution du courant

Les installations électriques sont connectées au réseau de distribution en aval d'un transformateur basse tension et ainsi alimentées en 400 volts triphasés. Sous le compteur d'énergie et le disjoncteur différentiel de tête, le tableau de répartition assure la séparation des différents circuits de l'exploitation (Bloc traite, atelier, divers bâtiments,…..). Au niveau du bloc traite, un tableau divisionnaire permet d'alimenter et de protéger chacun des équipements (tank, ballon d'eau chaude, pompe à vide,…). L'identification des circuits et la présence d'un schéma à jour de l'installation sont obligatoires et constituent des aides précieuses en cas d'intervention (dépannage, contrôle).
Le dimensionnement de la section des conducteurs et des câbles joue un rôle important dans le bon fonctionnement des différentes protections et dans la distribution de l'énergie.
Par ailleurs les câbles doivent être solidement fixés et protégés contre les chocs mécaniques par des goulottes ou des chemins de câbles.

      Les circuits électriques

Le bloc traite étant un local humide, il est recommandé d'utiliser du matériel possédant un indice de protection (IP) minimum de 45 (4 pour les éléments solides et 5 pour les éléments liquides).De plus, une protection contre les impacts mécaniques (IK07) est requise.'
Le mauvais état des armoires électriques peut provoquer des courts circuits ou des défauts d'isolement susceptibles de déclencher des incendies où d'être préjudiciables à la sécurité des personnes. Les coffrets et l'ensemble des câbles et conducteurs doivent être en bon état. Les fusibles et les disjoncteurs thermiques des moteurs électriques doivent être adaptés au matériel monté.

      Les dispositifs différentiels

Le différentiel interrompt la circulation de courants de défaut lorsque ceux-ci atteignent des valeurs qui ne sont plus compatibles avec la sécurité, compte tenu de la valeur de la terre.
Tous les équipements fixes se trouvant dans un local humide (salle de traite et laiterie) doivent être protégés par un différentiel 30 milliampère.

      Les liaisons équipotentielles

Une liaison équipotentielle consiste à relier ensemble des éléments métalliques conducteurs accessibles afin qu'il n'existe aucune différence de potentiel entre eux.
Le fait de relier toutes les parties métalliques entre elles et de les diriger vers une terre unique doit limiter les problèmes d'origine électrique.
Les courants de défaut doivent s'écouler facilement à la terre .La mesure de continuité vérifie la faible résistance du circuit de masse pour assurer une protection efficace. Celle-ci est satisfaisante lorsque la résistance entre deux points ne dépasse pas 2 ohms. Sur 130 installations vérifiées en Bretagne en 2009,74% avaient un défaut de liaison équipotentielle.

      La prise de terre

Une prise de terre correcte permet un bon écoulement des courants de défaut. La valeur de sa résistance est donc primordiale dans la chaîne de sécurité.
En élevage laitier on préconise une valeur de la résistance de la prise de terre inférieure à 20 ohms.
Couplée à un interrupteur différentiel de 30 mA la mise à la terre permet de limiter les tensions de contact et écarte donc tout danger pour les usagers et les animaux.
Une boucle avec un câble en cuivre de 25mm2 de section disposée à fond de fouille ceinturant le périmètre des bâtiments est une des solutions possibles.

      La clôture électrique

La clôture électrique génère des hautes tensions et provoque un puissant champ électrique dans un rayon proche.
Il est nécessaire de l'éloigner le plus possible des animaux et de la prise de terre générale (au moins 25m) pour éviter les remontées de courant dans les installations. Bien sûr le fil de clôture ne doit pas traverser la stabulation !



Recherchez



Diagnostic protection électrique bloc traite

Diagnostic de votre installation électrique et recherche des courants parasites

 

POUR EN SAVOIR +

Jean-François GAULE - 02 33 95 46 01


Solutions

Mammites : la piste des courants parasites à explorer !

Chez les vaches laitières les mammites influent négativement sur la qualité du lait.

suite

RENDEZ-vous

29/09/2014
Portes ouvertes sur la ferme vitrine régionale bio Osez innover en système laitier lors de cette porte ouverte du 29 septembre 2014. Visite de la plate-forme régionale d'éssais. Rendez-vous à 13h30 au GAEC Guilbert à Tracy Bocage (14) près de Villers-Bocage. Entrée libre.

suite

Repères

Maîtriser ses coûts en élevage laitier

10/04/2014
Le réseau lait des Chambres d’agriculture de Normandie propose une revue synthétique d’une quinzaine de pistes pour l’amélioration du coût alimentaire de votre troupeau laitier.

suite

Aménager son bâtiment pour veaux d’élevage

21/05/2014
Appuyez votre choix sur notre analyse des principaux logements, appropriés à l’âge des veaux
Réseau Bâtiment - Chambres d’agriculture de Normandie

suite

Guide "Concevoir son bloc traite" : toutes les réponses à vos questions !

13/05/2014
Vous souhaitez installer un bloc traite ? Le moderniser ? Toutes les réponses à vos questions se trouvent dans le guide "Concevoir son bloc traite".

suite

Propreté des animaux à l'abattoir

18/04/2012
L'accord interprofessionnel entré en vigueur au 1er janvier 2010 encadre la propreté des gros bovins entrant à l’abattoir.

suite

Prestation

Le diagnostic de
protection électrique du bloc traite

Vérifier la protection électrique des équipements et masses métalliques présents dans les différents locaux de l’élevage laitier en lien avec la traite